Fiche auteur

Michel Llory
Expert en risques industriels, essayiste

Suivre sur :

Ses dernières chroniques

Conditions de travail 28/02/2012

L'accident est-il inévitable ?

Chaque fin de mois, Michel Llory, expert de la gestion du risque industriel et spécialiste en facteurs humains et organisationnels, décortique pour ActuEL-HSE les croyances, les discours et les processus qui sous-tendent la prévention des risques aujourd'hui.

Conditions de travail 27/01/2012

Agir sans réfléchir ou réfléchir avant d'agir ?

Chaque fin de mois, Michel Llory, expert de la gestion du risque industriel et spécialiste en facteurs humains et organisationnels, décortique pour ActuEL-HSE les croyances, les discours et les processus qui sous-tendent la prévention des risques aujourd'hui.

Réagir (2 commentaires)
Conditions de travail 27/12/2011

Et si Fukushima n'était pas vraiment un hasard...

Chaque fin de mois, Michel Llory, expert de la gestion du risque industriel et spécialiste en facteurs humains et organisationnels, décortique pour ActuEL-HSE les croyances, les discours et les processus qui sous-tendent la prévention des risques aujourd'hui.

Réagir (3 commentaires)
Conditions de travail 25/11/2011

Quand l'étude des accidents ne serait que mortifère !

Chaque fin de mois, Michel Llory, expert de la gestion du risque industriel et spécialiste en facteurs humains et organisationnels, décortique pour ActuEL-HSE les croyances, les discours et les processus qui sous-tendent la prévention des risques aujourd'hui.

Réagir (9 commentaires)
Conditions de travail 27/10/2011

La fausse croyance que la sécurité s'améliore !

Chaque fin de mois, Michel Llory, expert de la gestion du risque industriel et spécialiste en facteurs humains et organisationnels, décortique pour ActuEL-HSE les croyances, les discours et les processus qui sous-tendent la prévention des risques aujourd'hui.

Conditions de travail 27/09/2011

La vanne suit-elle la procédure ? Ou le syndrome du petit bout de la lorgnette

L'accident de Three Mile Island, en 1979, aux Etats-Unis, se solda par la fusion du cœur du réacteur nucléaire. La plupart des observateurs ne manquèrent pas d'incriminer les opérateurs de la salle de commande qui n'avaient pas suivi les procédures. S'ils les avaient suivies, l'accident aurait été évité. C'est ce que nous appelons le syndrome du petit bout de la lorgnette...